Suivez ce blog via Facebook

jeudi 31 août 2017

Ouragan Irma: Le météorologue Michael Ventrice, du Weather Channel, prévoit des vents jusqu'à 180 km/h, qualifiant ses prévisions "comme les plus élevées que j'ai jamais vues dans mes 10 ans de prévision des ouragans de l'Atlantique"

https://twitter.com/MJVentrice/status/903386408869560320?ref_src=twsrc%5Etfw&ref_url=http%3A%2F%2Fwww.zerohedge.com%2Fnews%2F2017-08-31%2Firma-turning-monster-hurricane-highest-windspeed-forecasts-ive-ever-seen

Irma devient un ouragan de catégorie 2 dans l’Atlantique

* Irma serait déjà "catégorie 3" et selon les modèles météo, elle pourrait frapper la Côte Est dès le début de la semaine prochaine. Mais le vent peut "virer de bord"!
https://twitter.com/hurrtrackerapp/status/903354979313995776

La perturbation Irma, qui se trouve dans l’est de l’Atlantique au large des côtes africaines, est devenue un ouragan de catégorie 2, a indiqué jeudi le Centre américain des ouragans (NHC), prévenant qu’il devrait être «extrêmement dangereux».

Irma se déplace à quelque 17 km/h dans une direction ouest-nord-ouest et affiche des vents de 155 km/h, précise le NHC, soulignant une «intensification rapide».

L’ouragan devrait devenir «majeur» en se hissant en catégorie 3 d’ici jeudi soir sur une échelle Saffir-Simpson --qui mesure la puissance des ouragans-- qui en compte 5.

À 15H00 GMT, il se trouvait à un millier de kilomètres à l’ouest du Cap-Vert, et il devrait poursuivre sur sa trajectoire actuelle jusqu’à vendredi matin avant d’obliquer vers l’ouest samedi. Il est encore très éloigné des terres, par conséquent aucune surveillance ni alerte n’a été mise en place.

La protection civile de Haïti, à des milliers de kilomètres d’Irma, a néanmoins déjà évoqué cet ouragan sur son compte Twitter jeudi matin, précisant que la trajectoire précise restait encore à définir pour les prochains jours.

Source:
http://www.journaldemontreal.com/2017/08/31/irma-devient-un-ouragan-de-categorie-2-dans-latlantique

Un 6.3 et un 6.4 en Indonésie

http://quakes.globalincidentmap.com/

Démonstration de force des États-Unis face à la Corée du Nord: Des bombardiers lourds et des chasseurs furtifs de l'armée américaine ont participé jeudi en Corée du Sud à un exercice à munitions réelles, dans une démonstration de force après le tir de missile de Pyongyang au-dessus du Japon

Le survol du Japon mardi par un Hwasong-12 de portée intermédiaire a constitué une nouvelle escalade dans la crise sur la péninsule, après deux tirs de missiles intercontinentaux qui semblent mettre une bonne partie du continent américain à portée des armes de Pyongyang.

Si ce lancement a été unanimement condamné par le Conseil de sécurité de l'ONU, les capitales étrangères sont divisées sur la marche à suivre face à la Corée du Nord.

Tokyo et Londres ont ainsi plaidé jeudi pour un renforcement du «rythme des sanctions» vis-à-vis de Pyongyang, tandis que Pékin, principal soutien de la Corée du Nord, dénonçait les appels à de nouvelles sanctions.

En attendant, deux bombardiers B-1B du territoire américain de Guam, dans le Pacifique, et deux chasseurs furtifs F-35B des Marines de la base d'Iwakuni, au Japon, ont pris part en Corée du Sud à un exercice aux côtés de quatre chasseurs sud-coréens.

«Les armées de l'air sud-coréenne et américaine ont mené un exercice d'interdiction de l'espace aérien destiné à affronter avec fermeté les tirs répétés de missiles balistiques par la Corée du Nord et le développement de ses armes nucléaires», a déclaré l'armée de l'air sud-coréenne dans un communiqué.

Simulations sur ordinateur

L'exercice s'est déroulé dans la province de Gangwon, à 150 kilomètres au sud de la Zone démilitarisée (DMZ) frontalière entre les deux Corées.

Les survols de la péninsule par des B-1B ne manquent jamais de susciter la colère de Pyongyang, qui les avait évoqués en annonçant son projet de tirer quatre missiles à proximité de Guam.

Avec la menace proférée par le président américain Donald Trump de déchaîner le «feu et la colère» sur Pyongyang et le tir nord-coréen de mardi, les tensions ont redoublé d'intensité depuis début août.

Un porte-parole de l'armée de l'air sud-coréenne a précisé que cet exercice n'avait rien à voir avec les manoeuvres militaires annuelles «Ulchi Freedom Guardian» (UFG) qui ont pris fin jeudi.

Des dizaines de milliers de soldats sud-coréens et américains ont pris part pendant près de deux semaines à ces manoeuvres largement fondées sur des simulations sur ordinateur.

Ces exercices annuels sont vus par Pyongyang comme la répétition provocante de l'invasion de son territoire. Chaque année, il brandit la menace de représailles militaires.

Jeudi, Pékin a dénoncé le «rôle destructeur» de «certains pays» accusés de saboter tout effort de négociation avec la Corée du Nord, indiquant à Washington, Londres et Tokyo que la voie diplomatique était nécessaire.

«Pas un jeu vidéo»

«Certains pays ignorent de façon sélective les exigences du dialogue et ne parlent que de sanctions», a déclaré Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

«Alors que la Chine et d'autres promeuvent des pourparlers pacifiques, ils nous entravent, nous mettent des bâtons dans les roues et nous poignardent» dans le dos, a-t-elle ajouté au moment où Washington, Tokyo et Londres veulent vraisemblablement cibler notamment les achats pétroliers nord-coréens.

La crise autour du nucléaire nord-coréen «n'est pas un scénario (de film) ni un jeu vidéo, c'est une situation réelle qui pèse sur la paix régionale», a-t-elle ajouté.

Donald Trump, qui avait d'abord averti mardi sur un ton diplomatique que «toutes les options» étaient sur la table, a laissé entendre mercredi que l'option diplomatique était vouée à l'échec.

«Depuis 25 ans, les États-Unis discutent avec la Corée du Nord et la paie, victimes d'un chantage. Discuter n'est pas la solution!», a-t-il écrit.

Des propos rapidement tempérés par son ministre de la Défense Jim Mattis. «Nous ne sommes jamais à court de solutions diplomatiques», a-t-il assuré.

La Corée du Nord justifie ses ambitions militaires par la nécessité de se protéger des États-Unis. D'après les analystes, son programme balistique a fait des progrès considérables malgré sept trains de sanctions de l'ONU.

Présentant le tir de mardi comme un «lever de rideau», le leader nord-coréen Kim Jong-Un a annoncé «davantage d'exercices de tirs de missiles balistiques à l'avenir avec le Pacifique pour cible», dans des propos rapportés mercredi.

Source:

mercredi 30 août 2017

Opération "BlackJack"`: une "programmation prédictive"?

* La programmation prédictive
http://conscience-du-peuple.blogspot.ca/2012/11/le-predictive-programming.html


Je remets le récit très particulier d'une bande dessinée, intitulée "Opération BlackJack", que l'on pouvait suivre à toutes les semaines dans le journal The Telegraph en 2009. 

Est-ce que les tensions exacerbées entre les États-Unis et la Corée du Nord pourraient être une "Opération Northwood" contenant un scénario similaire à celui exploité par l'"Opération BlackJack"?

L'Opération BlackJack expose un scénario d'attaque terroriste nucléaire sur Londres, ensuite lancée contre six grandes villes: New YorkWashingtonLos AngelesPortlandMexico et Toronto.  Ces villes sont complètement détruites. Après ces attentats terroristes coordonnés, des attaques sont ordonnées sur l'Iran, la Syrie et la Chine, pays tenus responsables des attaques. Des terroristes sont appréhendés et détenus dans des centres de détention américains (camps de la FEMA), l'état d'urgence (loi martiale) est décrétée dans tous les pays  (dont le Canada, Montréal) et un nouveau gouvernement (Union Nord Américaine), basé à Denver au Colorado, se lève pour rétablir l'ordre et la sécurité et pour créer une nouvelle monnaie unique pour l'Amérique.

Le gouvernement mondial fait son apparition en prenant le contrôle de la planète.  L'Union Nord Américaine est créée, sa monnaie ainsi que toutes les infrastructures nécessaires pour la gouvernance du Canada/USA/Mexique. Tous les citoyens doivent posséder une carte d'identité nationale et nul ne peut participer au système financier et commercial sans cette carte.  Les résistants sont envoyés en prison. Tous les citoyens doivent se soumettre à une vaccination obligatoire pour recevoir une "protection" contre toute attaque bactériologique ou chimique.  Une micro-puce est installée sur tous les humains et ceux qui refusent cette mesure obligatoire sont placés en détention.

Les politiciens se présentent en héros après avoir assuré la continuité et la survie de la nation.

Tous les sites alternatifs qui se montrent hostiles au gouvernement sont sous haute surveillance et les groupes anti-gouvernement, les chrétiens, les "survivalistes" et les islamistes sont des cibles des agences de renseignement. Les journalistes doivent recevoir une accréditation du gouvernement pour préserver leur titre et leur fonction.

Pour voir l'essentiel du récit traduit en français:
http://lareconciliationdescivilisations.blogspot.ca/2012/06/operation-blackjack-fantasme-ou-realite.html

Site du journal The Telegraph
http://www.telegraph.co.uk/culture/culturepicturegalleries/4220575/Blackjack.html


Compléments d'information

Un document officiel prouve l'existence des camps d'internement pour dissidents politiques et d'opérations psychologiques qui, peut-on lire, visent à "briser" la volonté des détenus!

Le gouvernement américain rend actuellement effectif les camps FEMA (camps de détention)  sur son territoire

Government “Threat List” Names 8 MILLION Americans To Be Detained When Martial Law Imposed!

La FEMA se prépare très précisément à la mobilisation de 100 000 personnes pour une catastrophe nationale 

Document PDF de la FEMA sur la gestion des urgences, sur la mise en place de la loi martiale

La FEMA veut prendre le contrôle des fermes

La FEMA doit simuler un tremblement de terre dans le secteur de la faille de New Madrid au cours du mois de mai 2011

La FEMA annonce le test pour son nouveau système national d'alerte

Ordres exécutifs et loi martiale

Appel d'offre du gouvernement américain pour des comprimés d'iode de potassium (pour protéger la glande thyroïde contre les radiations nucléaires)

Les appels d'offre de la FEMA pour des millions de paquets de nourriture pré-emballée, de couvertures et de sacs mortuaires hydrofuges (underwater bodybag)

Appel d'offre pour les repas pré-emballés:

Appel d'offre pour les couvertures:

Appel d'offre pour les sacs mortuaires:

Un manuel de la FEMA contient des instructions pour faire face à une situation de panique dans l'éventualité d'une attaque extraterrestre

mardi 29 août 2017

Ce mardi: «Enfuyez-vous!»: une digue rompt au Texas, une évacuation d’urgence ordonnée


Une évacuation d’urgence a été lancée, dans le comté texan de Brazoria, en raison d’une digue qui a rompu dans la région de Columbia Lakes. Cela est le résultat de l’ouragan Harvey qui fait rage aux États-Unis depuis ce vendredi.

Sur Twitter, les autorités locales ont ordonné une évacuation d'urgence des habitants du comté de Brazoria, au Texas, à cause d'une digue qui a rompu.

Le nombre exact de personnes qui pourraient se trouver dans la zone de l'inondation possible n'a pas été précisé. Pourtant, on sait que plus de 300.000 Américains résident dans cette région située au bord du golfe du Mexique.

​​Le message a déjà été retweeté par le Président américain Donald Trump.

Sources:

Houston instaure un couvre-feu et espère voir les pluies faiblir

Un couvre-feu a été décrété mardi soir à Houston, la quatrième ville des Etats-Unis, plongée sous les eaux, pour éviter les pillages dans les milliers d’habitations abandonnées après le passage de la tempête Harvey.

Le président américain Donald Trump, qui était venu sur place au Texas se rendre compte des dégâts et de l’organisation des secours en compagnie de sa femme Melania mardi, doit y revenir samedi.

«Nous irons dans une autre partie de l’Etat, pour voir des zones où nous n’avons pas pu nous rendre aujourd’hui», a déclaré Sarah Sanders, la porte-parole de la Maison Blanche à bord de l’avion présidentiel en route pour la capitale.

A cette occasion, le président devrait rencontrer des personnes évacuées.

«Une des priorités du président était de s’assurer que son voyage ne gênerait pas les opérations de sauvetage» en cours, a rappelé Mme Sanders, pour expliquer pourquoi le président n’avait pas rencontré de victimes de la tempête.

Casquette «USA» sur la tête et drapeau texan à la main, le milliardaire a vanté depuis la ville de Corpus Christi, une des premières à avoir été touchées par Harvey, alors un puissant ouragan, la coopération entre autorités fédérales et locales après la catastrophe.

La montée des eaux a «pris une dimension épique» a-t-il rappelé avant de se rendre à Austin, la capitale du Texas.

- Couvre-feu -

Le maire de Houston, ville forte de 2,3 millions d’habitants et dont l’agglomération compte plus de 6 millions de résidents, y a décrété un couvre-feu, pour éviter les pillages des milliers de domiciles évacuée depuis samedi.

Le couvre-feu entre en vigueur mardi soir à partir de minuit, (05H00 GMT mercredi) et sera levé à 05H00 locales (10H00 GMT).

Le couvre-feu devait dans un premier temps entrer en vigueur plus tôt, mais Sylvester Turner a expliqué qu’il le retardait pour permettre aux volontaires et aux secouristes de continuer leur travail.

«J’impose un couvre-feu pour empêcher toute atteinte aux biens dans les maisons évacuées dans les limites de la ville», a tweeté Sylvester Turner. «On a des milliers de personnes réfugiées dans les abris qui ont quitté leur maison», a-t-il développé en conférence de presse.

«Il y a eu des pillages... Nous avons eu à faire à des voleurs armés qui faisaient le tour hier pour dévaliser notre communauté et la victimiser une nouvelle fois», a pour sa part expliqué le chef de la police, Art Acevedo.

- Risque d’incendie chimique -

Dans le comté de Harris, où se trouve Houston, une évacuation a été ordonnée pour les personnes vivant dans un rayon de 2,4 kilomètres autour d’une usine chimique du groupe français Arkema.

«Il s’agit uniquement d’une mesure de précaution», a rassuré le chef des pompiers du comté, même si Arkema a mis en garde contre «la possible réaction de certains des produits chimiques présents sur le site».

«Potentiellement la réaction chimique pourrait provoquer un incendie sur le site, ce qui pourrait produire une large quantité de fumée noire», a précisé le groupe dans un communiqué.

De nombreuses industries pétro-chimiques sont implantées dans cette partie du Texas, où les raffineries situées sur le passage de Harvey étaient à l’arrêt. Selon une étude de la banque Barclays, 40% de la capacité de raffinage américaine était arrêtée, ou sur le point de l’être, mardi. Outre l’évident risque de pollution, les analystes craignent les dommages que la tempête peut causer à l’économie américaine.

Le Texas compte en effet pour environ 9% du Produit intérieur brut américain, et la banque d’affaires Goldman Sachs a estimé lundi que Harvey pourrait ôter 0,2 point de pourcentage au taux de croissance de l’économie américaine au 3e trimestre.

Les dégâts provoqués par la tempête pourraient atteindre 42 milliards de dollars, selon des modélisations, faisant figurer Harvey parmi la liste des cinq tempêtes les plus coûteuses jamais enregistrés aux Etats-Unis.

La tempête Harvey, qui a directement ou indirectement causé la mort d’au moins dix personnes, doit remonter vers la Louisiane voisine mercredi. Le président n’exclut pas de s’y rendre lors de son prochain déplacement dans le Sud samedi, a annoncé Sarah Sanders.

Alors qu’entre 15 et 30 centimètres de précipitations sont encore attendus à Houston, Harvey devrait progressivement s’éloigner de la métropole texane et se rapprocher de La Nouvelle-Orléans qui commémorait mardi le douzième anniversaire du passage de l’ouragan Katrina.

Des dizaines de milliers de milliards de litres d’eau se sont déjà déversés, alors qu’il est est encore tombé jusqu’à 130 centimètres de pluie dans certaines zones mardi, un record absolu, a annoncé le National Weather Service.

Source:

Le chaos dans les abris au Texas

Des personnes dorment au sol ou sur des chaises parce qu'il y a plus de sinistrés que de lits. Les gens sont trempés, ils n'ont pas de vêtements, pas de chaussures pour la plupart. Les repas sont limités, voire manquants. Plusieurs personnes n'ont plus d'argent, les denrées manquent et la détresse augmente de jour en jour.

C'est la triste réalité dans les centres de la FEMA et de la Croix-Rouge.

Source:
https://ca.news.yahoo.com/inside-houston-shelter-loud-sometimes-075707129.html

Le dirigeant nord-coréen a déclaré au lendemain du nouveau tir de missile qu'il ne s'agissait que d'un prélude avant de lancer des missiles en direction de l'île de Guam, qui abrite des bases militaires américaines, apprend-t-on de l'agence officielle nord-coréenne KCNA

* Si une série américaine nous présentait de telles échanges "ping-pong" dans son scénario, on n'y croirait même pas!

Au lendemain du lancement, Pyongyang a affirmé avoir testé le missile de portée intermédiaire de type Hwasong-12 qui a survolé le nord du Japon alors que le dirigeant du pays Kim Jong-un supervisait en personne le tir, a indiqué mercredi l'agence de presse sud-coréenne Yonhap. 

«Le tir d'essai de fusée balistique est la première étape des opérations militaires nord-coréennes dans le Pacifique et un préalable significatif au confinement de Guam», a souligné M.Kim, cité par l'agence KCNA.

La Corée du Nord a mené mardi un tir de missile balistique qui a survolé le Japon pour s'abîmer dans le Pacifique 14 minutes après le tir. Un engin nord-coréen a survolé le Japon pour la première fois depuis 2009. Les forces d'autodéfense japonaises n'ont pas abattu le missile, jugeant qu'il ne représentait pas de menace pour le pays. Pyongyang avait déclaré avoir achevé les préparatifs d'une frappe contre Guam, où une base aérienne et une base navale américaines sont déployées, et qu'il l'effectuerait si les États-Unis ne se comportaient pas «raisonnablement».

Les tensions autour des programmes nucléaire et balistique de la Corée du Nord n'ont pas cessé de s'aggraver ces derniers mois où Pyongyang a multiplié ses tirs de missiles, dont les derniers ont eu lieu les 26 et 29 août.

Washington et Pyongyang ont alors échangé des menaces réciproques. Le ton a depuis baissé d'un cran, mais Washington et Séoul ont lancé cette semaine leurs exercices militaires conjoints qui sont invariablement condamnés par le Nord comme une répétition de l'invasion de son territoire.

Source:

Déclaration de Donald Trump après le plus récent tir de missiles de la Corée du Nord

Les États-Unis, le Japon et la Corée du Sud promettent une «réponse ferme» au dernier lancement de missile en Corée du Nord. De son côté, la Russie souligne que le potentiel de sanctions vis-à-vis de Pyongyang est «pratiquement épuisé»
https://fr.sputniknews.com/international/201708291032829659-missile-japon-pyongyang-menace/

"Le monde a reçu le dernier message fort et clair de la Corée du Nord: ce régime a signalé son mépris pour ses voisins, pour tous les membres des Nations Unies et des normes minimales  pour un comportement international acceptable.

Les actions menaçantes et déstabilisatrices ne font qu'accroître l'isolement du régime nord-coréen dans la région et parmi toutes les nations du monde. Toutes les options sont sur la table."

lundi 28 août 2017

"Cet événement [qui touche le Texas] est sans précédent et tous les impacts sont inconnus et au-delà de tout ce qui a été vécu", a déclaré le service météorologique national dans son compte Twitter tôt dimanche.



https://twitter.com/NWS/status/901832717070983169/photo/1

Le maire Sylvester Turner a déclaré qu'il s'attend à ce que le nombre de personnes cherchant un abri augmente brusquement d'ici mardi. L'administrateur de la FEMA, Brock Long, a déclaré que plus de 30 000 personnes auront finalement besoin d'un abri car la tempête continue de s'abattre sur la région avec des pluies et des inondations implacables

https://www.usatoday.com/story/news/nation/2017/08/28/heartbreak-texas-harvey-drive-30-000-shelters-fema-says/607224001/

South Korea releases rare footage of new ballistic missiles; fighter jets stage live-bombing drill

* Je n'ai pas le courage de traduire à cette heure. Envoyez l'article à la traduction automatisée. En deux mots: "c'est sérieux"!

http://www.straitstimes.com/asia/east-asia/seoul-says-us-is-considering-deploying-strategic-defence-capabilities-to-south-korea

La Corée du Sud a mené des exercices d'attaque contre la Corée du Nord aujourd'hui

Quatre avions de combat F-15K sud-coréens ont organisé mardi un bombardement en direct contre le leadership de la Corée du Nord en réponse à son dernier lancement de missiles balistiques, a annoncé la Force aérienne.

L'avion a laissé tomber huit bombes MK-84, chacune pesant environ une tonne, sur une cible simulée à la base Pilseung dans la province orientale de Gangwon.

Ils ont cerné la cible avec précision, a-t-elle dit, ajoutant que la pratique visait à affiner la capacité de détruire complètement «le leadership de l'ennemi» en cas d'urgence.

Selon l'agence de presse sud-coréenne Yonhap, Moon a publié l'ordre pour son armée de déployer ses capacités quelques heures seulement après le lancement. Cette démonstration comprenait l'envoi de plusieurs bombes dans une zone proche de la frontière inter-coréenne, a déclaré Yonhap, citant le secrétaire général de presse de Moon

* Mais où est-elle donc cette satanée "ligne rouge"? Combien de missiles ça prend ou combien de kilomètres d'altitude ça prend pour l'atteindre? La station spatiale  (à 408 km) serait-elle la "ligne rouge"? Le tir de mardi matin a atteint plus ou moins 550 kilomètres... "En cas de provocation de la Corée du Nord", ça fait presque 10 fois qu'ils nous la sorte celle-là!

Le lancement provocateur d'un missile par la Corée du Nord à travers l'espace aérien japonais a rapidement été suivi d'avertissements fermes de la Corée du Sud selon lesquels ses militaires se préparaient à frapper la Corée du Nord si nécessaire.

La Corée du Sud et le Japon ont condamné le dernier lancement du mardi en des termes forts.

Alors que le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, a déclaré que le missile était une menace sans précédent et grave pour son pays, le président sud-coréen Moon Jae-in a ordonné un déploiement de force "écrasant" contre Pyongyang.

Selon l'agence de presse sud-coréenne Yonhap, Moon a publié l'ordre pour son armée de déployer ses capacités quelques heures seulement après le lancement. Cette démonstration comprenait l'envoi de plusieurs bombes dans une zone proche de la frontière inter-coréenne, a déclaré Yonhap, citant le secrétaire général de presse de Moon.

L'armée sud-coréenne a émis un avertissement après le lancement: un porte-parole a déclaré qu'il était prêt à lancer des représailles «résolues» si la Corée du Nord restait belliqueuse.

Lundi, Moon a exhorté les responsables de la défense à intensifier la réforme militaire dans le cas où le Nord "franchit la ligne", ont rapporté les médias locaux.

Moon a déclaré aux autorités de "pousser fortement" pour que les militaires "respectent les exigences de la guerre moderne afin de pouvoir passer rapidement à une posture offensive en cas de provocation de la Corée du Nord", selon l'agence de presse sud-coréenne Yonhap.

Sources:
https://www.cnbc.com/2017/08/28/south-korea-moon-warns-military-in-case-north-crosses-the-line.html

En réaction au lancement d'un missile de la Corée du Nord plus tôt aujourd'hui, le premier ministre japonais a déclaré qu'il prendrait toutes les mesures nécessaires pour protéger la république japonaise

Le système d'alerte du Japon a été activé au moment du lancement, conseillant aux citoyens de l'île du nord de Hokkaido de prendre des précautions alors que le missile se dirigeait vers la terre. 

"Nous ferons tout notre possible pour protéger fermement la vie des gens", a déclaré M. Abe, visiblement en colère devant des journalistes alors qu'il faisait son entrée dans son bureau pour une réunion d'urgence sur le tir de missiles.

Yoshihide Suga, le secrétaire en chef du cabinet japonais, a déclaré que le lancement représentait «une menace grave pour le Japon».

Le conseil de sécurité nationale de la Corée du Sud tenait également une réunion d'urgence hier soir.

Boris Johnson, le ministre des Affaires étrangères, a annoncé la nuit dernière qu'il était "indigné de la provocation imprudente de la Corée du Nord". Il a fermement condamné le «dernier lancement illégal de missiles».

Theresa May se rendra au Japon mercredi pour des pourparlers commerciaux.

Dans les premières heures ce samedi matin, le régime a lancé plusieurs projectiles à courte portée dans la mer au large de sa côte est en réaction aux exercices militaires conjoints américano-sud-coréens.

Les projectiles, dont les responsables ont déclaré être des missiles balistiques, ont volé pendant 155 milles avant d'atterrir en mer entre la péninsule coréenne et le Japon.

Source:
http://www.telegraph.co.uk/news/2017/08/28/north-korea-fires-missile-japan-warns-citizens-take-precautions/

Et c'est reparti! La Corée du Nord tire un nouveau missile


Pyongyang a effectué mardi matin un nouveau tir de missile qui a survolé le nord-est du Japon, a annoncé la chaîne NHK. Les habitants locaux ont été alertés.

Les autorités japonaises ont déclaré ce mardi matin que Pyongyang avait tiré un missile vers le nord du Japon. D'après la chaîne NHK, le projectile a survolé le nord-est du pays. Suite au tir, les habitants locaux ont été alertés.
D'après la télévision nippone, le projectile s'est abattu dans le Pacifique, à 1.180 km de l'île de Hokkaido.

L’agence Kyodo précise que le Japon n’a pas entrepris de tentative d’intercepter le missile nord-coréen.

Yonhap, se référant au Comité des chefs d'état-major interarmées sud-coréens, a confirmé qu'un missile avait traversé l'espace aérien japonais, précisant que le tir avait été effectué vers 5h57 du matin (heure locale).

Si dans un premier temps l'agence évoquait un projectile non identifié, elle précise actuellement qu'il s'agit d'un missile balistique.

Le Premier ministre Shinzo Abe a déclaré que le gouvernement nippon ferait tout pour protéger les Japonais des missiles nord-coréens, informe la chaîne NHK.

Ces derniers temps, la Corée du Nord a multiplié les tirs de missiles. Le tir précédent avait été effectué le 26 août. La Corée du Nord avait alors lancé trois missiles balistiques à courte portée vers la mer du Japon.

Les tensions autour des programmes nucléaire et balistique de la Corée du Nord n'ont pas cessé de s'aggraver ces derniers mois. En juillet, Pyongyang a mené deux essais d'ICBM supervisés par Kim Jong-un, qui mettent apparemment une bonne partie du continent américain à sa portée.

Washington et Pyongyang ont alors échangé des menaces réciproques. Le ton a depuis baissé d'un cran, mais Washington et Séoul ont lancé cette semaine leurs exercices militaires conjoints qui sont invariablement condamnés par le Nord comme une répétition de l'invasion de son territoire.

Détails à suivre.

Tempête Harvey : le pire des inondations reste à venir

* Je surfe sur les blogs américains depuis hier et plusieurs résidents du Texas disent ne pas pouvoir quitter leur demeure puisqu'ils sont prisonniers des eaux. Ils attendent les secours qui n'arrivent toujours pas...

Le président américain a prévu de se rendre au Texas ce mardi. Les prévisions météo sont alarmantes pour les prochains jours.

Le pire des inondations reste à venir au Texas, ont alerté les autorités américaines ce lundi, alors que le déluge de la tempête Harvey continue de s'abattre sur la région et notamment sur la métropole de Houston, qui est désormais gorgée d'eau. L'agence fédérale des situations d'urgence, Fema, a annoncé s'attendre à devoir abriter 30 000 personnes dans des centres d'accueil temporaires. À Houston, quatrième plus grande ville du pays, déjà 5 500 personnes étaient dans les centres, et le nombre devrait d'après le maire augmenter de façon « exponentielle ». Des milliers de secouristes sillonnaient la ville pour tenter d'exfiltrer les habitants les plus vulnérables, un travail de fourmi effectué avec de l'eau jusqu'à la taille ou par bateau. Lundi matin, 185 demandes « critiques » de sauvetages restaient sur la liste des forces de l'ordre, après 2 000 personnes déjà secourues, selon le chef de la police Art Acevedo.

Les précipitations ont déjà dépassé largement les 50 centimètres depuis jeudi dans le sud-est du Texas. Certains lieux en sont à plus de 70 centimètres. Et des zones pourraient encore recevoir 40 à 50 cm de précipitations cette semaine, selon le service météorologique national. Le pic des inondations ne devrait donc être atteint que mercredi ou jeudi, a prévenu son directeur, Louis Uccellini, lors d'une conférence de presse à Washington. « C'est un événement historique. Nous n'avons jamais rien vu de tel », a répété le chef de l'agence Fema, Brock Long. « On n'aurait jamais pu imaginer de telles prévisions ». L'ouragan Harvey a touché la côte texane dans la nuit de vendredi à samedi avec des vents violents de 215 km/h, et il a presque fait du sur-place depuis. L'ouragan a été rétrogradé en tempête tropicale. Ce sont désormais les pluies torrentielles, et non les vents, qui représentent la plus grande menace. Les prévisions sont incertaines, mais Harvey devrait se déplacer lentement vers l'est, en suivant la côte, dans les cinq prochains jours, en direction de la Louisiane, où le président Donald Trump a déclaré une situation d'urgence permettant aux autorités fédérales de coordonner les opérations.
Les réservoirs débordent

Les images les plus spectaculaires venaient de Houston, 2,3 millions d'habitants, paralysée par des dizaines de centimètres d'eau. Il y pleuvra encore lundi et mardi, selon la météo. « C'est dingue de voir les routes sur lesquelles on conduit tous les jours qui sont totalement sous l'eau », explique un habitant, John Travis. Les lignes des centres de secours 911 sont saturées d'appels, mais la file d'attente pour parler à un opérateur est descendue à 10 personnes, selon un responsable, contre entre 120 et 250 la veille. « L'eau continue de monter, dans toute la région », a répété le maire Sylvester Turner, lors d'une conférence de presse. Il y a tellement d'eau que deux réservoirs menacent de déborder, avec une montée du niveau de 15 cm par heure. 

Le Corps d'ingénieurs de l'armée, qui en a la charge, a donc décidé de relâcher de l'eau dans une rivière afin de contrôler autant que possible la direction des inondations. Les barrages des réservoirs avaient été conçus pour résister à des inondations n'arrivant qu'une fois par millénaire, a affirmé sur CNN Lars Zetterstrom, de l'US Army Corps of Engineers. Les ingénieurs de Houston tentaient également de pomper l'eau ayant submergé une station d'épuration des eaux du nord-est de la ville, afin d'empêcher qu'elle ne soit mise hors service. De nombreuses juridictions interviennent, de la ville à l'État fédéral en passant par l'État du Texas, d'autres villes apportant leur concours en personnel ou en matériel. Houston manque par exemple de bateaux et de véhicules adaptés pour secourir ses habitants. Le gouverneur du Texas, Greg Abbott, a dit qu'il en fournirait respectivement 150 et 300. L'agence Fema, qui a quelque 5 000 fonctionnaires déployés dans la région, s'attelle aussi à fournir des générateurs électriques afin que des services essentiels tels que les centres d'appels 911 puissent opérer. Et des forces de l'ordre supplémentaires ont été dépêchées pour assurer la sécurité, en plus des 3 000 soldats de la garde nationale. C'est le pire ouragan à frapper les États-Unis depuis Katrina, qui avait provoqué une catastrophe humanitaire avec plus de 1 800 morts en 2005.

Lire la suite:

Un rorqual trouvé mort sur une plage de la Gaspésie


Un petit rorqual, un type de baleine vivant dans le Golfe du Saint-Laurent, a été trouvé échoué sur une plage de Grande-Rivière, en Gaspésie.

C’est un internaute, Charles Fisette, qui a fait parvenir ces images à TVA Nouvelles via notre page Facebook. La tête de l’animal est gonflée sous l’effet des gaz résultant de la décomposition.

L’animal a été vu une première fois sur la plage mercredi soir, mais de nombreux appels ont été faits à Urgence mammifères marins, un organisme qui s’occupe de leur sauvetage. La carcasse du cétacé se trouve à proximité d’un camping, ce qui a contribué à la retrouver rapidement.

L’animal, une femelle, mesure environ 8 mètres de long et doit peser entre 8 et 10 tonnes, selon Josiane Cabana, porte-parole du Réseau québécois d’urgence pour les mammifères marins. La carcasse est entière et en relativement bon état.

On constate aussi des marques de cordage autour de la partie juste avant la queue du mammifère. Ces marques pourraient indiquer qu’il a déjà été victime d’une prise accidentelle. On ignore toutefois si c’est ce qui a causé sa mort.

Un danger pour la sécurité?
Les gaz accumulés dans l’animal, qui le gonflent, ne sont pas une source de danger pour les gens circulant à pied près du cétacé, assure Mme Cabana.

En se décomposant, les organes internes du mammifère créent du gaz. Le ventre de la bête, qui est en accordéon pour permettre son expansion lorsqu’il se nourrit, enfle alors, ce qui donne un aspect impressionnant à la carcasse.

«Ce n’est pas un risque si on marche sur la plage», explique Mme Cabana. Avec le temps, le gaz va s’échapper et la peau deviendra flasque.

 Tenter de percer la partie gonflée représente toutefois un risque. En explosant, la carcasse projetterait des matières en décomposition.

Les animaux doivent aussi être tenus en laisse près de la carcasse. Par exemple, les chiens pourraient être attirés par l’odeur et tenter de manger des parties de l’animal. Selon Mme Cabana, un chien qui avait mangé un morceau de béluga en décomposition serait tombé extrêmement malade.

La suite des choses

Dans les prochaines heures ou les prochains jours, des scientifiques passeront à Grande-Rivière pour effectuer des prélèvements, notamment de graisse et des fanons, qui servent à l’alimentation. Ces échantillons aideront à la recherche sur le régime de ces animaux et sur les contaminants.

Ensuite, le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques discutera avec la municipalité afin de savoir ce qui adviendra de la carcasse. Dans certains cas, elles sont laissées sur place, mais comme celle-ci est près de la civilisation et dégage une odeur nauséabonde, le petit rorqual sera fort probablement déplacé.

L’animal sera alors transporté dans un site d’enfouissement.

Vous avez aperçu un mammifère marin échoué?

La première chose à faire est de contacter Urgence mammifères marins au 1-877-722-5346. Quelqu’un répondra en tout temps et pourra ensuite transmettre rapidement des règles de sécurité à respecter et des comportements à adopter, que l’animal soit vivant ou mort.

Un bénévole sera envoyé sur les lieux pour constater la situation et organiser la suite des choses.

Source:

dimanche 27 août 2017

Inondations au Texas : la photo d’aînés presque submergés devient virale

* Au Texas, Harvey cause deux morts et des inondations «extrêmement graves»
http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/08/27/au-texas-harvey-cause-deux-morts-et-des-inondations-extremement-graves_5177121_3244.html

Dans la foulée des inondations catastrophiques causées par la tempête Harvey, la photo de plusieurs aînés coincés dans leur résidence avec de l’eau jusqu’à la taille est rapidement devenue virale.

C'est Timothy McIntosh qui a reçu la troublante image de sa belle mère, la propriétaire de la résidence en question. L'homme a rapidement publié celle-ci sur Twitter pour demander de l’aide aux autorités.


samedi 26 août 2017

Des milliers d'oies des neiges trouvées mortes sur plus de 20 kilomètres au Nunavut

* Voici la liste, forcément non-exhaustive, des mortalités de masse d'animaux depuis le début 2017: la liste est longue!


La raison de cette mortalité de masse est, évidemment, inconnue des autorités.

Source:
http://strangesounds.org/2017/08/hundreds-of-dead-snow-geese-have-washed-up-on-the-shores-near-cambridge-bay-nunavut-and-it-may-be-some-time-before-officials-figure-out-what-caused-them.html

Un phénomène météorologique très rare à Cortez en Floride: deux trombes marines en même temps

Une trombe marine est une colonne d'air mélangé d'eau en rotation, formant un entonnoir nuageux, sous un nuage convectif au-dessus d'une étendue d'eau. Ces phénomènes de micro-échelle se forment lorsque les conditions sont très instables alors que de l'air froid passe au-dessus d'eaux chaudes. Généralement moins intenses qu'une tornade, elles se dissipent une fois sur la terre. Il en existe deux types : les trombes d'air froid et les trombes tornadiques.


vendredi 25 août 2017

Dernière heure: La Corée du nord a tiré trois missiles à courte portée

Washington avait salué cette semaine «la retenue» de Pyongyang. Cela n'aura pas duré. La Corée du Nord a tiré trois missiles balistiques à courte portée samedi matin en mer du Japon, a affirmé l'armée américaine, confirmant les tirs de «projectiles non identifiés» annoncés quelques minutes plus tôt par le ministère sud-coréen de la Défense.

Aucun des missiles tirés du site nord-coréen de Kittaeryong n'a présenté de menace pour les Etats-Unis ou le territoire américain de Guam, dans le Pacifique, a précisé un porte-parole du commandement de l'armée américaine dans le Pacifique. «Le premier et le troisième missile ont explosé quasi instantanément», a ajouté le porte-parole, soulignant que les trois tirs se sont étalés sur 30 minutes.

Pendant des manoeuvres militaires américaines et sud-coréennes

Ces tests ont eu lieu en pleines manoeuvres militaires entre forces américaines et sud-coréennes, a précisé le ministère sud-coréen de la Défense. Selon ce ministère, les tirs ont commencé à 06h49 locales samedi (21h49 GMT vendredi) et les projectiles ont parcouru environ 250 km.

Le président sud-coréen Moon Jae-in a été immédiatement informé de ces tirs et «les forces armées ont entamé une stricte surveillance du régime nordiste (de Pyongyang) afin de pouvoir répondre à d'autres provocations», a encore indiqué le ministère de la Défense à Séoul.

Actuellement, des dizaines de milliers de soldats et de personnels militaires des deux pays prennent part à ces manoeuvres, dans le cadre d'un exercice baptisé «Ulchi Freedom Guardian». Ces manoeuvres, largement fondées sur des simulations par ordinateurs, doivent durer deux semaines et ont débuté lundi. Les deux alliés présentent ces manoeuvres comme défensives, mais aux yeux de Pyongyang, elles sont la répétition provocante de l'invasion de son territoire. Chaque année, la Corée du Nord brandit la menace de représailles militaires.

Source:

Des citoyens du Texas, qui se préparent à l'arrivée de l'ouragan Harvey qui doit frapper aujourd'hui, se battent pour avoir de l'eau et de la nourriture devant des étagères vides



http://www.dailymail.co.uk/news/article-4821916/Customers-fight-stores-sell-water-Texas.html

De plus en plus d’Américains blancs d’âge moyen meurent “par désespoir”. En cause, divers facteurs socio-économiques qui rendent leurs vies de plus en plus difficiles

* Augmentation effrénée des prescriptions d'opiacés (dérivés du marché mondial de l'Opium), d'antidépresseurs, d'anxiolytiques, de psychostimulants pour les enfants (Ritalin et Cie.), consommation excessive de drogues de synthèse, de cocaïne et d'alcool, un taux de suicide parmi les plus élevés au monde... Vive l'Amérique?

Des chercheurs ont constaté que plus d'un tiers des adultes américains ont reçu une prescription d'opioïdes en 2015 et beaucoup ont abusé des médicaments:

Le taux de mortalité est en baisse partout dans le monde mais pour les Américain blancs, entre 45 et 54, il ne cesse d’augmenter. Le diabète, les maladies cardiaques et le cancer n'y sont pour rien. On parle plutôt de "morts de désespoir », par suicide, alcoolisme ou abus de drogues.

D’où provient ce désespoir ?

Ce désespoir est né chez ces personnes, notamment après la perte de postes bien rémunérés dans l'industrie et le bâtiment. La hausse de l’addiction aux opioïdes, drogue synthétique dérivé de l’opium, y est aussi pour quelques chose.

 « Il y a assez d'anti-douleurs opioïdes prescrits tous les ans aux Etat-Unis pour permettre à chaque Américain de vivre sous l'influence d'opioïde un mois par an », explique Angus Deaton, lauréat du prix Nobel 2015 d’économie.

De même, les failles dans le système de retraite américain ont une grande importance à jouer dans ces morts de « désespoir ».

« Les gens qui avaient de bon jobs dans le secteur industriel, qui bénéficiaient de formations, ces gens avaient l'espoir d'une belle vie pour eux et leurs enfants. Et tout s'est évaporé », insiste Deaton.

Source:

jeudi 24 août 2017

Les scientifiques John Abbot et Jennifer Marohazy: l’étude qui démontre que les températures élevées du XXe siècle ne sont ni exceptionnelles ni liées à l’industrie

* Voici la preuve que certaines agences de météorologie trafiquent les données météo pour masquer les baisses de température (ce qui ne colle pas avec le discours officiel sur le "réchauffement climatique")


Une étude australienne qui a analysé les températures sur 2.000 ans en apporte la démonstration: l’essentiel du réchauffement global est d’origine naturelle et si la révolution industrielle n’avait pas eu lieu les températures actuelles seraient quasi les mêmes. Ses auteurs sont les scientifiques John Abbot et Jennifer Marohasy. Leur travail, publié par GeoResJ, a utilisé les techniques les plus récentes d’analyse des mégadonnées sur six séries de températures issues de différentes régions géographiques. Ces données se basent sur des « traces » climatiques offertes par les anneaux des troncs d’arbres, les sédiments, les pollens… tous éléments qui permettent d’évaluer la température d’un lieu à une date donnée alors que les thermomètres n’existaient pas encore.

Comparé au réchauffement médiéval, celui du XXe siècle n’a rien d’exceptionnel

En se basant sur ces données, nos scientifiques australiens ont pu établir une série d’évidences. D’abord, que notre planète subissait un climat dont la température était en moyenne supérieure d’un degré à celle d’aujourd’hui durant la période dite de «réchauffement médiéval». Ensuite, qu’il n’y a rien d’artificiel ni d’exceptionnel dans le «changement climatique» des XXe et XXIe siècles. Le climat, comme tout phénomène de la Création – trajectoires et oscillations planétaires, saisons, phénomènes biochimiques… – est par essence constitué de cycles.

Les travaux d’Abbot et Marohasy contredisent les théories des scientifiques alarmistes et du GIEC (Groupe intergouvernemental d’étude sur le climat) sur un prétendu et inquiétant réchauffement d’origine humaine, ou anthropique. Leur travail explique : « En optimisant les données spectrales des variables composites, périodicité, amplitude et phase, les températures originales ont pu être simulées depuis l’holocène (âge interglaciaire de la fin du quaternaire) tardif jusqu’en 1830. Pour le XXe siècle, nous avons utilisé les modèles ANN (réseau de neurones artificiels, algorithmes inspirés des neurones biologiques) afin de générer à partir de là des projections de températures (liées à l’activité, NDLR). »

John Abbot et Jennifer Marohasy ont étudié les températures depuis deux millénaires

Ce modèle a établi « que les températures mesurées dans six régions géographiques distinctes ne divergeaient des projections ANN que de 0,2°C ». Les auteurs concluent : « Nous en avons déduit un équilibre de sensibilité climatique (ECS, évolution de l’atmosphère par rapport à un forçage radiatif donné, NDLR) d’environ 0,6° C. C’est considérablement inférieur au Modèle de circulation générale (GCM) utilisé par le GIEC, mais équivaut aux estimations des méthodes stéréoscopiques. »

Jennifer Mahorasy, qui a révélé le scandale de la censure de records de températures à la baisse par le Bureau australien de la météorologie (BOM), en déduit que les températures globales ont monté et descendu très naturellement depuis deux mille ans. Une série de données concernant l’hémisphère nord depuis l’an 50 jusqu’en 2000 montre ainsi que la courbe des températures réelles et celle projetée entre 1830 et 2000 par l’ANN, incluant une modification due au forçage radiatif, se suivent presque exactement.

Jennifer Marohasy : « Un premier pic autour de 1200 après J-C (…), un second en 1980 suivi d’une baisse »

Jennifer Marohasy relève que « ce qui est typique dans ces séries, c’est qu’elles montent et descendent en zigzag, avec des fortes évolutions : un premier pic autour de 1200 après J-C, correspondant à la période chaude médiévale, et un second pic en 1980, suivi d’une baisse ». La période chaude médiévale a correspondu en Angleterre et en Europe à de bonnes récoltes et à la construction des cathédrales. Entre-temps, on trouve le petit âge glaciaire composite, avec un plus-bas autour de 1650. Ce petit âge glaciaire s’amorce par un différentiel négatif marqué autour de 1500, un plus bas vers 1640 puis 1750, un premier retour à l’équilibre autour de 1800-1820 puis un retour durable en positif en 1900.

Jusqu’aux années 1990, cet historique était largement admis par la communauté scientifique. Puis est advenue la campagne menée par les climato-alarmistes incluant Michael Mann, le théoricien de la courbe en forme de crosse de hockey, qui prétendit exclure la période chaude médiévale des statistiques pour faire apparaître l’exceptionnalité supposée du réchauffement du XXe siècle, que ces théoriciens prétendent voire s’accélérer en ce début de XXIe siècle.

Des variations dans la norme : pas du tout exceptionnel, le coup de chaud du XXe siècle ne saurait être attribué à l’industrie

Les scientifiques qui émettaient des objections, comme l’astrophysicien américano-malaisien Willie Soon, du Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics, ou Sallie Balliunas, autre astrophysicienne du même institut, étaient vilipendés par les partisans de Michael Mann pour pensée « incorrecte ». La reconstruction et la manipulation de l’histoire climatique par le GIEC nie ces cycles mis en évidence par nos deux chercheurs australiens, permettant de prétendre à l’exceptionnalité du climat actuel et de la lier à l’activité humaine. C’est cette théorie du GIEC qui sous-tend les accords de Paris pris dans le cadre de la COP21 en 2015 sous la haute autorité du socialiste François Hollande. Or les travaux d’Abbot et Marohasy démontrent que s’il y a bien eu hausse des températures au XXe siècle jusqu’en 1980, ce n’est pas la première dans l’histoire et, de plus, qu’elle serait advenue en l’absence d’industrialisation.

Les deux chercheurs établissent aussi que la sensibilité climatique se limite à 0,6° C, soit la hausse projetée lors d’un doublement de la concentration de dioxyde de carbone. Ils concluent : « La question est loin d’être tranchée. La réalité, c’est que certaines des données sont “problématiques”, la littérature considérable, et les nouvelles techniques, telles que notre méthode utilisant les réseaux de neurones artificiels (ANN), peuvent donner des réponses très différentes de celles fournies par le Modèle de circulation générale et les séries de traces de températures réinterprétées ».

Sources:
https://reinformation.tv/john-abbot-jennifer-marohasy-temperatures-elevees-xxe-exceptionnelles-industrie-lenoir-73754-2/
https://www.spectator.com.au/2017/08/big-data-finds-the-medieval-warm-period-no-denial-here/
https://phys.org/news/2017-08-pair-global-natural.html
http://conscience-du-peuple.blogspot.ca/2017/07/voici-la-preuve-que-certaines-agences.html

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?

Rechercher dans ce blog

Articles les plus consultés